Airbourne est de retour avec un nouvel album : “Boneshaker”. Pour la réalisation de ce disque, les Australiens ont choisi de bosser avec un producteur plutôt étonnant par rapport à leur style habituel. Pour s’éloigner de leur zone de confort, ils ont bossé avec Dave Cobb qui est connu pour son travail sur la bande originale du film “Star Is Born”. Lady Gaga, si tu passes de temps en temps sur le site de RSTLSS, on t’embrasse.

Pour mettre en avant leur gros point fort, à savoir leur prestation scénique, le groupe a enregistré le disque en un seul coup, en live. En gros ils ont fait un concert en studio. Il n’y a donc pas de choses approximatives, ils n’avaient pas trop le droit à l’erreur… Donc pas de fioritures, pas de ballades chiantes, pas de guitares acoustiques, pas de claviers… Juste du pur rock ‘n roll qui sent la sueur. 10 titres en 30 minutes, on est dans de la bonne grosse efficacité.

Finis les intros chiantes comme sur “Ready to Rock”. Ici, rien n’est lisse et formaté, on est juste dans l’énergie pure. Guitare en furie avec solo qui va bien, la basse et la batterie écrasent tout comme un rouleau compresseur. Un chant énergique couplé avec des chœurs entraînants. Airbourne n’a pas changé avec cet album, ils vont à l’essentiel encore plus qu’avant. C’est du concentré d’Airbourne.

airbourne

On retrouve les influences habituelles des Australiens avec du blues un peu country bien énervé sur “Burnout The Nitro”, du bon rock’n’roll à l’ancienne avec “Backseat Boogie”, des riffs et refrains fédérateurs sur “Blood In The Water” ou “This Is Our City”, qui vont se révéler des hymnes dans les prochains festivals ou le groupe jouera. On leur reproche souvent d’être beaucoup trop sous influence d’AC/DC. Vous me direz : un groupe australien qui fait du hard teinté de blues… Oui c’est vrai. y’a des points communs !

La vraie différence, c’est qu’AC/DC est devenue chiant comme la mort. En concert, c’est un show millimétré comme un spectacle du Roi Lion à Disneyland. C’est franchement cool à voir, mais on est plus proche d’une comédie musicale à Broadway que d’un show rock ? Et les nouveaux albums sont tout aussi chiants… On dirait des titres de remplissages des vieux albums qui auraient été retiré au dernier moment des disques.

Airbourne, n’est donc pas une copie d’AC/DC, c’est juste une version plus jeune. C’est Marty McFly qui est monté dans sa Delorean, et qui est allé chercher le Angus Young de la fin 70 et l’a ramené à notre époque pour avoir du AC/DC moins chiant. On a un nouvel album d’Airbourne qui déchire. “Boneshaker” est un album vintage qui ravira les fans de bon hard.