Iggy Pop est un génie. Il est un des artistes les plus influents de l’histoire du rock. L’un des précurseurs du mouvement punk avec The Stooges. Mais comme tous les artistes ultra connus et productifs comme lui, on a tendance à oublier que pour produire une pépite qui deviendra culte, ils produisent un bon nombre de trucs sans intérêt ou même des merdes infâmes.

Si on prend l’exemple de la peinture, Picasso et Dali sont des peintres les plus fameux de notre ère moderne. Ils étaient des génies reconnus de leur vivant, et dans leurs grandes productions, il y a un nombre incalculable de dessins et peintures franchement nazes. Au cinéma, le meilleur exemple est Hitchcock. Il a réalisé et produit, un grand nombre de chefs-d’œuvre qui sont encore des références. Mais il a aussi eu son lot de films chiants inregardables. Iggy Pop c’est pareil, c’est le Picasso ou le Hitchcock du rock… Il a quasiment créé le punk à la fin des années 60 début 70. Il a su se réinventer avec l’aide de David Bowie. Il est encore revenu où on ne l’attendait pas, avec sa collaboration avec Emir Kusturica pour lequel il interprète la chanson/générique du film “Arizona Dream”, le titre “In the Deathcar” connaîtra d’ailleurs un succès mondial.

Son comeback, il y a deux ans avec la bande de Josh Homme et l’excellent album “Post Pop Depression” était une réussite complète. Bref, on ne va pas refaire toute sa carrière, vous pouvez aller sur Wikipédia si vous voulez en savoir plus. Ce qui est certain, c’est qu’Iggy Pop n’est pas un iguane mais un putain de phénix qui arrive toujours à renaître de ses cendres. Il arrive toujours à revenir et à nous surprendre avec un truc cool… Mais au lieu de surfer sur un nouveau succès, quand il en a un, il fait un truc de merde. Genre son album de reprises de chansons françaises, façon crooner, album vendu uniquement sur vente-privee.com. Iggy, si aucune des maisons de disques de la place ne voulaient cet album, malgré ton nom, malgré ton passé, ce n’est pas pour rien, wesh ! Tu aurais dû t’abstenir…

Et là, on y est à nouveau. Après le génial “Post Pop Depression”, Iggy nous pond un album chelou. Un délire sombre et contemplatif, où il a laissé carte blanche à des musiciens (notamment Leron Thomas à la trompette), et où il pose sa voix de manière presque aléatoire. Genre on se demande s’il n’a pas enregistré ses parties sans entendre la musique. On dirait du spoken word ou du slam, mais avec de la trompette en fond. C’est hyper expérimental, mais pas expérimental cool comme un album de Tool, mais expérimental chiant, comme un docu d’Arte sur de l’art contemporain avec en bande-son, des mecs qui jette des boules de pétanque sur un piano.

Tout n’est pas à jeter. Par exemple le titre “Loves Missing” est vraiment pas mal. Mais à l’opposé, on a un morceau comme “Sonali”, qui donne envie de manger des yaourts périmés depuis 1998 pour en finir avec la vie ! L’album “Free” d’Iggy Pop n’est vraiment pas terrible. Mais finalement, sortir un disque aussi chiant quand on est l’inventeur du punk, est peut-être le truc le plus punk qu’on pourrait faire non ? Un bon gros “vous voulez que je vous refasse une énième copie de Lust For Life ? Allez vous faire foutre, vous aurez que ça !”. Si c’est le cas, ok Iggy, belle performance, mais vivement ton prochain comeback.