Little Richard, père fondateur du Rock N’ Roll, nous a quitté à l’âge de 87 ans.

Richard Wayne Penniman à Macon, en Géorgie, le 5 décembre 1932, Little Richard fait des débuts très remarqués à la fin de 1955 avec la sortie de sa chanson révolutionnaire, « Tutti Frutti ».

La salve vocale d’ouverture du morceau – “ A-wop-bop-a-loo-bop-a-wop-bam-boom! ” – a introduit la puissance élémentaire du rock’n’roll dans un monde qui commençait enfin à sortir du traumatisme de la Seconde Guerre mondiale.

Telle était l’excitation générée par Richard – à la fois vocalement et avec la puissance rythmique qui a défini ses premiers enregistrements – que sa musique a séduit un public blanc au moment où la ségrégation était encore répandue.

Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer l’impact de cette chanson et son importance quant aux barrières qu’elle aura brisées, mais on peut vraiment sentir son influence libératrice sur chaque génération de musiciens rock’n roll qui ont suivi sa trace.

“Pour quelqu’un qui chante le rock’n’roll, Little Richard était l’Icône”, avait déclaré Angus Young, interrogé par Kerrang sur l’importance de Richard en 2003.

Les énormes succès de Richard dans les années 50 – dont « Rip It Up », « Good Golly Miss Molly » et « Long Tall Sally » – l’ont vu définir le rock’n’roll comme une force culturelle. Il en a été de même pour son apparition dans le film datant de 1956, « The Girl Can’t Help It » – le film qui a inspiré un groupe d’adolescents à l’époque à créer leur propre groupe. Lemmy Kilmister était l’un d’eux.

« Oubliez l’art et tout le reste – c’est des conneries. Si vous pouvez envoyer ce genre de décharge électrique le long de la colonne vertébrale d’un gamin, il n’y a que ça qui compte. J’essaie de leur donner ce sentiment que j’ai ressenti la première fois que j’ai entendu Good Golly Miss Molly », avait-t-il déclaré à Kerrang en 2006, discutant de son travail de toute une vie avec Motörhead.

Personnage complexe, Richard a grandi dans un environnement chrétien et est « né de nouveau » en 1957 au plus fort de son succès. Il a lutté contre sa propre sexualité tout au long de sa vie, confirmant parfois qu’il était gay et, à d’autres occasions, le niant complètement.

Il a également lutté contre la toxicomanie à divers moments, ajoutant à son caractère ambivalent. Cependant, en luttant avec ses propres problèmes, Richard a également réussi à fournir à ses collègues musiciens l’inspiration pour faire face à leurs propres problèmes.

Pendant les dernières années de sa vie, la présence de Richard s’est faite très rare, jouant très peu mais maintenant toujours son désir d’être considéré comme une force avec laquelle il fallait compter.

Sa mort – qui a été confirmée par son fils Danny – prive le monde d’un individu dont le charisme est évident juste en regardant une photo de lui tiré à quatre épingles. Les hommages qui ont commencé à affluer en disent autant – preuve en effet que le rock’n’roll ne mourra jamais …

View this post on Instagram

We love you Little Richard

A post shared by Billie Joe Armstrong (@billiejoearmstrong) on

View this post on Instagram

Annihilator of barriers. Supreme Upsetter. Architect of Rock-N-Roll. All Hail Little Richard! Native of Macon, GA. For this man to come from where he did when he did and achieve what he did is almost unbelievable – a story befitting songs and records that are carved in granite. Listen to the Specialty Records singles. They are miracles of pure energy. Lightning in a bottle. To this day, when I put on “Ready Teddy,” “Long Tall Sally,” “Good Golly Miss Molly,” “Keep-A-Knockin’,” “Rip It Up,” etc., I feel like I can levitate, walk through walls, smash anything that stands in my way. Those records are a total adrenaline rush, unbridled joy. Imagine following this guy onstage in 1955, ‘56, ‘57… Even James Brown said sharing bills with Little Richard back then really inspired him to up his game. I once saw Richard play in Piedmont Park in Atlanta in the 1980s. He still totally killed. He had two bass players, both cranked to eleven. And his piano was still louder than that. It was so heavy. Richard destroyed those piano keys. And his voice nearly brought down the sky. He was thirty years into his career then. After the show, I thought about all of the hardship he must have endured in order to last that long. It was nothing short of amazing. And now that night was over thirty years ago. What an incredible life. A titanic contribution. An immortal inspiration. Thank you, Richard, for all the light you brought to this world and all the strength and joy you brought to so many. You truly will live FOREVER. #LittleRichard #RockNRoll

A post shared by William DuVall (@williamduvallofficial) on