Filter a sorti un nouveau single, « Murica », et le chanteur Richard Patrick espère sûrement que le clip parlera à certains. S’adressant à AltPress, il a déclaré à propos de la vidéo accompagnant le titre :

«Le péché ultime dans tout cela est que ce sont les pauvres contre les pauvres. Si les Américains apprenaient réellement la vérité sur ce qui se passe avec leurs finances, avec tout ce qui se passe dans le monde, les riches ont la mainmise sur eux. Ce sont des médias comme Fox News et Breitbart et la famille Mercer. Ce sont les gens (super) riches qui nous montent les uns les autres pour que nous ne voyions pas ce qu’ils font de leurs finances.Et c’est tellement évident. Trump ne fait que jouer le jeu. Il n’est pas riche. Enfin il n’est pas super mega riche. Du genre à avoir 2,5 milliards. Vous savez, il est louche. C’est un citoyen moyen, tout comme nous. Ce sont les gens extrêmement riches qui nous contrôlent vraiment. Depuis quatre ans, le gouvernement appartient à la droite. Ils ont assoupli leurs impôts. Ils peuvent polluer davantage. Et ils ont mis la droite en colère contre la gauche. Et cela nous tient tous occupés».

Au sujet du personnage présenté vers la fin de la vidéo, il le décrit ainsi :

«Le personnage de la vidéo est un ‘mérican qui soutient Trump, qui aime les armes à feu, qui ne se soigne pas, qui est un super-monstre déséquilibré et à bout de nerfs. Et il essaie de prendre le contrôle de quelque chose qui n’est pas hors de contrôle. Et il a peur. C’est le mâle blanc super effrayé. Le crétin absolu fan de Trump et que j’espère pouvoir atteindre. Ces types qui sont tellement d’extrême droite qu’ils pensent que CNN, NBC, ABC, MSNBC [et] BBC en ont tous après notre président Trump. Comme s’ils étaient tous dans une sorte de conspiration et étaient tous des menteurs fous de l’extrême gauche. J’essaye de leur montrer à quoi ils ressemblent. Ce sont les gars qui ne peuvent écouter que Fox News et Breitbart et ce type de média. Ils croient tout ce que les Rush Limbaugh, les Alex Jones disent et n’écoutent que la droite, «la vérité, mec». Ils «font leurs propres recherches» et pensent que le 11 septembre était un travail interne, le président Obama n’était pas un vrai citoyen et les atterrissages lunaires ont été simulés. Hillary Clinton a personnellement tué des gens à Benghazi et c’est de sa faute, elle est [une] criminelle et «enfermez-la». Ce sont ces personnes que je dépeins dans la vidéo. Qui le personnage vise-t-il à la fin de la vidéo? Il vise n’importe qui de la gauche et n’importe qui du milieu normal. Les gens ordinaires qui composent le pays sont à peu près normaux et veulent juste élever leurs enfants et éviter la COVID-19 et essayer de gagner leur vie».

Quant à savoir quand les fans peuvent s’attendre à un nouveau Filter :

«En ce moment, mon truc, c’est de sortir des singles un à la fois. Parce qu’ils sont d’actualité et qu’ils sortent plus vite. Le nouvel album de Filter… Il y a genre deux ou trois chansons que j’ai faites avec Brian [Liesegang, membre co-fondateur original]. Ensuite, il y a un tas de chansons que je fais avec mon ami Alex Crescioni, qui est plus un guitariste de métal. Et bien sûr, Jonny Radtke. Ces deux dernières années, en particulier avec « Crazy Eyes », je me sens juste mieux en étant en colère et industriel. Mon chanteur préféré en ce moment est scarlxrd. C’est le jeune talent le plus incroyable. Lui et REZZ : c’est la musique que j’écoute tous les jours. Je suis plus dans les choses qui sont intenses et dans ta face. Il y a une chanson hip-hop que j’ai écrite avec ce type qui s’appelle Tweeze. Il rappe dedans, et c’est un putain de génie. J’ai écrit la musique et le hook par moi-même, puis j’ai demandé à Tweeze de venir raper. Et c’est putain de solide. Ça s’appelle «Everybody Is Talking And No One Is Listening». Cela ne ressemble pas du tout à Filter. C’est un virage à gauche complet.»